Accueil

Espace membre

Authentification

Commentaire

Mis à jour le 29/11/2012

Biotribune, une histoire particulière

BIOLOGIE MÉDICALE : DÉFINITIONS, ÉVOLUTIONS

Rares sont les disciplines scientifiques qui présentent autant de pluralité. Une multiplicité de noms, pour commencer qui affole le rédacteur de la fiche technique de Wikipedia : « Clinical Pathology (US, UK, Ireland, Commonwealth, Por tugal, Italy), Laboratory Medicine (Germany, Romania, Poland, Eastern Europe), Clinical analysis (Spain), Clinical/Medical Biology (France, Belgium, Netherlands, Austria, North and West Africa…) », sans parler des plus prosaïques analyse biologique ou analyse médicale communément utilisés dans le quotidien. La discipline embrasse aussi une diversité de formations : médecins, pharmaciens, biologistes, laborantins, gestionnaires exerçant dans des services hospitaliers, des laboratoires privés, des centres techniques ou des instituts de recherche. Le site Biotribune.com recense plus de 12 000 visiteurs enregistrés répartis en une dizaine de fonctions et en 3 secteurs d’activité (figure 1).

Figure 1 : Camemberts de répartition des inscrits sur Biotribune.com

Enfin, l’activité professionnelle fait aujourd’hui appel à une importante palette de moyens : du microscope historique aux automates sophistiqués, en passant par des réactifs colorés, des kits, des tests (parfois trop) accessibles, tout cela, pour livrer des résultats toujours plus précis à une médecine toujours plus exigeante. Les indicateurs bibliométriques, souvent utilisés pour évaluer le dynamisme d’une discipline, sont faussés par la multiplicité des définitions. Google Scholar, un des plus pratiques compte 4 030 résultats depuis janvier 2012 pour le mot « clinical pathology », contre 9 950 pour le terme « laboratory medicine », 2 980 pour « clinical analysis » et 1 120 pour « medical biology ». L’intitulé français « biologie médicale » rappor te 185 entrées durant la même période (2012). Bien qu’il soit restrictif, ce paramètre de recherche permet de dégager une tendance quantitative en juxtaposant le nombre d’articles répertoriés sous ce motclef publiés chaque année depuis 2008. Nous observons une stagnation, voir une décrue du nombre d’articles publiés en français durant les cinq dernières années (tableau 1).

Tableau I : NOMBRE D’ARTICLES IDENTIFIÉS DE « BIOLOGIE MÉDICALE » SIGNALÉS SUR GOOGLE SCHOLAR ENTRE 2008 ET 2012.
Année* 2008 2009 2010 2011 2012**
* Compilation effectue sur Google Scholar le 21 août 2012. ** Année incomplète.
Mot clé = « biologie médicale » 491 564 553 413 185

Une compilation similaire, effectuée dans les mêmes conditions avec le terme « biologie clinique » - également utilisé dans les pays francophones - nous permet de confirmer cette tendance (tableau 2). Pour compléter cette étude, il est important de comparer les décomptes annuels avec ceux obtenus pour le terme « clinical pathology », utilisé dans les pays anglosaxons (tableau 3).

Tableau II : NOMBRE D’ARTICLES IDENTIFIÉS DE « BIOLOGIE CLINIQUE » SIGNALÉS SUR GOOGLE SCHOLAR ENTRE 2008 ET 2012.
Année* 2008 2009 2010 2011 2012**
* Compilation effectue sur Google Scholar le 21 août 2012. ** Année incomplète.
Mot clé = « biologie clinique » 849 881 936 759 234

Tableau III : NOMBRE D’ARTICLES IDENTIFIÉS DE « CLINICAL PATHOLOGY » SIGNALÉS SUR GOOGLE SCHOLAR ENTRE 2008 ET 2012.
Année* 2008 2009 2010 2011 2012**
* Compilation effectue sur Google Scholar le 21 août 2012. ** Année incomplète.
Mot clé = « clinical pathology » 14 300 13 600 15 300 11 700 4 030

De fait, nous constatons une évolution quasi similaire pour les 3 tableaux, ce qui exclut à priori un déplacement massif des articles vers les revues de langue anglaise.

LE FACTEUR NUMÉRIQUE

Les spectaculaires avancées du numérique, ces dernières années, ont modifié les habitudes de lecture des professionnels et les outils de communication. Presque tous les médecins, les chercheurs ou les techniciens commencent leur journée par allumer leur ordinateur, et les services marketing des entreprises commerciales exploitent désormais volontiers ce mode de contact. Cette tendance, omniprésente sur le web, nous est confirmée par l’augmentation régulière des accès sur le site Biotribune.com et par le succès fulgurant des téléchargements depuis notre plateforme SpringerLink. L’outil informatique permet d’extraire de nombreuses données, telles que les origines géographiques des auteurs (figure 2) et le top 10 des articles les plus téléchargés (figure 3). Il est intéressant de noter qu’en vraie visionnaire, le Dr Rivière, qui a fondé Biotribune en 2001, avait d’abord pensé à Internet. Mais il y’a une décennie, la viabilité éditoriale et économique d’un site web n’était simplement pas possible. En pratique, il fallait lui associer une publication « classique », c’est-à-dire à un magazine périodique destiné à recueillir les publicités, obtenir les indexations et enregistrer des af filiations. Dès 2002 Biotribune Magazine publiait des dossiers qui étaient repris et augmentés dans Biotribune.com, lequel offrait également un service de petites annonces qui fait désormais référence.

Figure 2 : Geobreakdown

Figure 3 : Top 10 article downloads
Titre Volume Année Demandes d’article en 2011
Démarche d’habilitation au poste de cytologie hématologique selon la norme NF EN ISO 15189 36 1 2010 109
Utilisation de la spectrométrie de masse pour l’identification bactérienne : évaluation du système Axima®/Saramis®/SirWeb MALDI TOF® 37 1 2010 79
L’analyse métabolomique par spectrométrie de masse : un nouvel outil pour la biochimie clinique ? 34 1 2010 77
Application de l’imagerie moléculaire par fluorescence à la clinique 33 1 2009 77
Proposition pour la maîtrise de la phase pré-analytique selon la norme NF EN ISO 15189 36 1 2010 64
Point Of Care Testing: la biologie délocalisée auprès du patient 10 1 2004 57
La métabolomique : un nouvel outil pour la recherche translationnelle en cancérologie 36 1 2010 53
Mesoporous silicon nanotechnology for cancer applications 33 1 2009 51
Innovation technologique et microbiologie 37 1 2010 50
Norme ISO/EN 15189 en laboratoires d’analyses de biologie médicale 20 1 2006 50

BIOTRIBUNE : DÉVELOPPEMENTS ET PROJECTIONS

Initialement, l’intégration de Biotribune Magazine au catalogue de Springer était directement motivée par la polyvalence de son lectorat et par sa complémentarité avec le por tefeuille francophone de Springer. N’est-il pas pertinent d’associer des revues médicales spécialisées à une publication consacrée à la biologie clinique, tellement utile au diagnostique et au suivi du traitement ? La synergie thématique est effectivement parfaite, même si la multiplicité des techniques analytiques éclate le contenu de la revue en dossiers très différenciés.

Le numérique appor te aujourd’hui une solution aux besoins de volumes de contenus, de temps de publication et de recherche thématique. Les modèles éco - nomiques sont désormais adaptés pour pérenniser des revues en e-only, ce qui réactualise le projet initial de Biotribune.com. Dès la fin de cette année, le site Biotribune.com sera refondu, enrichi, modernisé, pour renforcer son rôle de plateforme de la biologie médicale. L’histoire rebondit et continue…

 

 

 

 

Footer

Nos coordonnées

Springer Verlag France SARL
Siège social est : 22, rue de Palestro 75002 Paris (France)
Tél : +33 (0)1 53 00 98 60

Footer

Nos coordonnées

Springer Verlag France SARL
Siège social est : 22, rue de Palestro 75002 Paris (France)
Tél : +33 (0)1 53 00 98 60